Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Alain MICHEL

 


Je suis né le 15 octobre 1950 à Châteaugiron (Ille-et-Vilaine), aîné d’une famille de cinq enfants. Mon père était chef d’une petite entreprise de plomberie-chauffage, qu’il a créée.

Après ma licence de droit à la faculté de Rennes, j'ai intégré l'Institut régional d’administration de Nantes, ville où j’ai adhéré au Parti socialiste début  1974.

Je me suis installé avec ma femme et mes deux fils, à Tours en janvier 1976 pour mon premier poste à la DDE de l’Indre-et-Loire. Parallèlement, j’ai continué mon engagement au PS sous la responsabilité de Paul Lussault, au côté, notamment, de Jean Germain, Arlette Bosch. A l’époque, l'Indre-et-Loire était entièrement à droite: aucune ville, aucun parlementaire, peu de conseillers généraux. En 1981, année de l’élection de François Mitterrand, j’étais trésorier de la fédération départementale.

En mars 1983, avec l'aide de Jean Proveux, député de la circonscription, je suis parti à la conquête  de la municipalité de la Riche, ville de la banlieue de Tours de 7261 habitants où je réside depuis. La Riche fut cette année-là la seule ville du département à basculer à gauche, rejoignant Montlouis, conquise en 1977. J'ai été réélu en 1989, 1995, 2001 et 2008. Au 1er janvier 2014, La Riche compte 10 285 habitants.

Pour garder le contact avec la réalité quotidienne, j’ai toujours voulu conserver à côté de ma fonction élective, une activité professionnelle. Ne pas dépendre exclusivement de la politique pour vivre est, à mes yeux, une garantie de liberté, d'humilité et d'intégrité. C’est ainsi que, tout en étant  maire, j’ai poursuivi ma carrière au ministère de l’équipement, devenu celui de l'écologie,  le plus souvent dans des fonctions se rapportant à la  compétence logement. Cette double expérience a formé ma conception du service public que j'ai toujours servi avec fierté. J'ai terminé ma carrière professionnelle comme chargé de mission à l’inspection générale jusqu'à ma retraite en décembre 2010.

Hostile à un  cumul de mandats quand ils m'apparaîssent comme difficilement conciliables avec la charge de maire, je n’ai jamais postulé à une élection parlementaire. J’ai accédé au Conseil régional en 1996 (à droite à l'époque) et ai été réélu en 1998 (sous la bannière victorieuse de Michel Sapin). J'y ai siégé jusqu'en  2004, sans charge dans l'exécutif.

J’ai participé, en 2000,  à la création de la communauté d’agglomération de Tour(s) Plus au sein de laquelle j’ai exercé la vice–présidence chargée du logement jusqu'aux élections de mars 2014.

Après deux tentatives en 1988 et 2001, j’ai été élu au Conseil général d’Indre-et-Loire en mars 2008, dans le canton de Ballan-Miré, en battant le député Michel Lezeau contribuant ainsi  à l’alternance inédite de l’assemblée départementale. Elu vice-président du Conseil général, j’ai cependant, neuf mois après, quitté l’exécutif en raison de désaccords sur la gouvernance et plusieurs choix politiques de la présidente. Après le renouvellement de mars 2011, en cohérence j'ai choisi de soutenir Marisol Touraine comme présidente du Conseil général. Sous sa responsabilité, j'étais en charge du tourisme et président du comité départemental du tourisme et président de la 1ère Commission chargée des finances. Depuis que Marisol Touraine est devenue Ministre de la Santé et que Frédéric Thomas l'a remplacée à la présidence du Conseil général, je suis devenu vice-président chargé du développement touristique et président de l'Agence départementale du Tourisme (ex CDT).


Pour les élections municipales de 2014, après cinq mandats, j'ai choisi de ne pas me représenter à la fonction de maire et de soutenir Wilfried Schwartz. Celui-ci a été élu maire et me remplace désormais dans cette fonction et à la communauté d'agglomération. Je siège néanmoins au conseil municipal comme simple conseiller. J'en ai démissionné le 23 mars 2015 au lendemain de mon échec au premier tour de l'élection départementale, à laquelle j'étais candidat. Je ne suis plus membre du PS et n'ai plus aucune fonction et m'exprime donc avec une liberté totale, tout en restant attaché aux valeurs qui ont guidé ma vie publique.


 


 


 

Interêts

Blog politique