Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2011

Un geste politique et artistique !!

DSC_0104.JPGLe 7 juillet dernier, j'ai inauguré la devise républicaine apposée sur le fronton de l'hôtel de ville de La Riche. Plus qu'une inscription, il s'agit d'une oeuvre réalisée par Lionel Tonda, sculpteur. Vous trouverez ci-dessous le discours que j'ai prononcé à cette occasion.


"Tout d’abord remerciements et félicitations à la soprano, Mme Marlène Guichard, pour la magnifique Marseillaise qui a ouvert cette cérémonie.

Merci aussi à M. le Préfet, à Mme la présidente du Conseil général qui nous font l’honneur de leur présence officielle et amicale.

Merci enfin à Lionel Tonda et admiration pour l’œuvre qu’il a réalisée.

La devise de notre République ne figurait pas sur la façade de l’Hôtel de Ville construit par nos prédécesseurs voici plus de trente ans. Je vous rassure cependant : les trois mots de cette devise étaient tellement inscrits dans nos esprits, que notre action municipale a toujours été inspirée de la volonté de servir les droits (liberté, égalité) et de l’obligation, le devoir (fraternité) que cette triade résume avec force.

Mais c’est, précisément, parce que nous sentions confusément que notre Société doute sur ces valeurs que nous avons souhaité réaffirmer, haut et fort, en écrivant sur notre Maison Commune ce que signifie l’appartenance à une Nation, c'est à dire ce que nous sommes collectivement, d’où nous venons par notre Histoire et notre culture, et quelles sont nos aspirations partagées, notre destin commun. Clémenceau soutenait avec justesse que cette formule contient tous les droits de l'Homme, toutes les réformes sociales, tous les préceptes de la morale.

L’écrire sur la mairie, c’est d’abord un geste politique.

Mais nous avons aussi voulu que ce soit un geste artistique, ce qui est d’ailleurs aussi un choix politique. Car l’art, vous le savez, c’est ce qui ne sert à rien, sauf à l’essentiel. C’est d’ailleurs parce que l’art ne sert à rien que nous avons eu d’abord une discussion sur l’opportunité d’une telle dépense. Même si elle reste raisonnable, des élus se sont légitimement interrogés, dans le contexte des budgets difficiles à boucler, sur une telle priorité. Mais rapidement l’unanimité s’est faite sur l’opportunité d’apporter notre réponse au sentiment de doute que nous percevons. C’est précisément quand les temps sont difficiles, aussi bien sur le plan financier que sur le plan moral, les deux ne sont d’ailleurs pas réciproquement étrangers, qu'à mes yeux, l’art et la culture, ce qui ne sert à rien sauf à l’essentiel, doivent au contraire nous aider à conserver nos repères, à toujours croire en un avenir meilleur.

Alors, encore une fois, merci à Lionel Tonda de nous laisser cette belle œuvre. Le conseil municipal tout entier est fier de vous avoir fait confiance, en vous laissant entière liberté d’écrire, avec votre talent, sur cette Maison Commune, ces mots qui définitivement lui donnent un sens.

C'est la devise de la République mais au delà, c'est aussi le rappel des valeurs fondamentales de la démocratie européenne. Le drapeau tricolore et la bannière de l'Europe sont d'ailleurs ici toujours associés. Il nous restait à compléter cette symbolique par l'inscription de la trilogie républicaine, comme un signe de reconnaissance. Et pour reprendre ce qu'en disait François Mitterrand « un chantier ouvert à l'effort, ici et maintenant ».

En effet, et ce sera ma conclusion, la force de cette trilogie est d'être indépassable car cette devise est pour les gouvernants, comme pour les citoyens, à la fois un programme et un rêve à vivre. Et pour notre République, une ligne d'horizon : c'est à dire, comme chacun sait, une ligne qui s'éloigne au fur et à mesure que l'on s'en approche...

                                       

Commentaires

Laïcité ??? :-)

Écrit par : Le Bars | 09/07/2011

Les commentaires sont fermés.