Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2012

Pourquoi je soutiens Frédéric Thomas à la présidence du Conseil général

 Les militants socialistes seront appelés le 5 juillet, conformément aux  statuts, à participer à la désignation du candidat de la gauche pour remplacer Marisol Touraine à la présidence du Conseil général. Elu à ses côtés, je tiens d'abord à rendre hommage à la remarquable présidence qu'a exercée Marisol : elle a démontré que nous avions eu raison de lui accorder, en 2011, notre confiance.

 Comme conseiller général, il  me paraît  normal de vous faire part de mon point de vue sur cette étape politique importante. J'ai fait, en conscience, le choix de Frédéric Thomas, comme la majorité du groupe, lequel a naturellement débattu de cette question.

 Frédéric Thomas est le premier vice-président. Dans cette fonction depuis quinze mois, et en particulier pendant la période de la campagne électorale et depuis la nomination du nouveau gouvernement, il a fait preuve de sa compétence et, ce qui est très important dans un Conseil général élu différemment d'un conseil municipal, de sa capacité à travailler en équipe.

Frédéric Thomas a obtenu le soutien de la majorité des conseillers généraux. Ne sont-ils pas les mieux placés pour apprécier celle ou celui qui, parmi eux,  leur paraît le plus apte à la présidence ? Ce qui bien sûr n'empêche pas les militants de s'exprimer librement sur ce choix. Je suis depuis le départ favorable au principe du vote interne au parti socialiste. C'est dans nos statuts et il est bon que le respect des règles communes ne varie pas selon les circonstances. Je souhaite ardemment que ce vote confirme celui que le groupe a émis de son côté et sans ambiguité en faveur de Frédéric Thomas.

  Frédéric Thomas a toutes les qualités requises pour être président du Conseil général et, comme à la majorité des autres élus de la majorité de gauche, il m'est également apparu le meilleur choix pour la stabilité du Conseil général.  Ce critère me paraît déterminant pour nous préparer à la prochaine échéance électorale de 2014 qui sera une étape décisive de la réussite du quinquennat. Une nouvelle période d'instabilité au conseil général et des risques collatéraux d'instabilité dans la seconde ville du département  serait, au contraire, un danger pour 2014.

 J'ai fait le choix de Frédéric Thomas, malgré mon amitié avec Philippe Lebreton, laquelle n'est pas en cause dans cette décision. Mais je n'ai pu que constater que la candidature de Philippe Lebreton  recueillait peu de soutien dans le groupe et je regrette qu'il ait maintenu sa candidature dans ces conditions en sollicitant le vote des militants. La confiance de son parti est souhaitable pour présider un Conseil général mais l'adhésion de la majorité l'est également.

 C'est pourquoi, tout en respectant leur liberté de vote, j'espère que les militants exprimeront un vote de raison en confirmant à Frédéric Thomas la confiance que la majorité des conseillers généraux lui témoignent.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.