11/01/2013

Mes voeux pour 2013

A l'occasion des voeux à la population le 8 janvier j'ai prononcé ce discours où j'évoque, notamment, la politique du gouvernement et la préparation des élections municipales. Je considère que la réunion traditionnelle des voeux doit être un moment d'échange et de convivialité. C'est l'occasion de délivrer un message à portée politique. Mais je me refuse d'abuser de cette tradition en la transformant  en "meeting" partisan ou en "show" vulgaire.


 

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs,

 

C’est un plaisir et aussi pour ce qui me concerne une tradition quede nous réunir à chaque nouvelle année pour un moment de convivialité.

La municipalité, à travers moi, vous présente tout d’abord ses meilleurs vœux pour 2013. Que l’année nouvelle soit pour chacun de vous, personnellement mais aussi pour l’institution, la société, l’entreprise, l’association que vous représentez, une année de réussite et de bonheur.

Permettez-moi d’adresser plus particulièrement à ceux que 2012 n’a pas épargnés et qui ont affronté le deuil, la maladie, le chômage, mes sentiments de compassion et mes vœux pour que 2013 leur redonne espérance.

Permettez-moi aussi de saluer les concitoyens qui nous ont fait l’honneur en 2012 de s’installer ici, à La Riche. Je leur souhaite de s’y plaire et de contribuer à faire vivre notre commune en ayant choisi d’y vivre eux-mêmes.

Avant d’échanger autour des buffets, je voudrais simplement vous dire quelques mots de l’année écoulée et des perspectives qui s’ouvrent pour 2013.

2012  a bien sûr été marquée par les élections du printemps. Cette fois-ci, la France a été au diapason de notre commune car La Riche a  largement voté pour l’alternance à la Présidence de la République et au Parlement. Je salue, en particulier notre nouveau député, Laurent Baumel…

Notre gouvernement est confronté à une tâche immense. Car la crise, hélas, n’a pas disparu miraculeusement par une élection. L’élection permet au peuple de choisir des moyens pour la résoudre. Et je suis sûr que ce qui est engagé nous le permettra. D’abord le redressement des comptes, parce que cela commande tout le reste. Parallèlement des réformes en profondeur de notre système de production pour nous remettre sur le chemin de la croissance durablement. C’est ainsi que nous retrouverons le cercle vertueux pour la création d’emplois. Je soutiens pleinement la politique conduite depuis le printemps.

La municipalité s’y implique à son niveau. Nous avons ainsi décidé d’offrir des emplois d’avenir. Nous veillons également à une gestion sérieuse. Ainsi, nous participons à l’effort collectif du redressement financier. Car cet effort concerne tout le monde. L’Etat bien sûr, mais aussi les collectivités territoriales, les entreprises comme les particuliers. Cet effort à fournir doit tenir compte de la capacité de chacun à y contribuer. C’est une question de justice.

Les mesures pour lutter contre le chômage et la situation de  notre économie sont essentielles. Mais je ne crois pas utile d’établir un préalable entre  les réformes dites « sociales » et celles qui concernent plus largement, la Société. Ni préalable, ni hiérarchie entre « social » et « sociétal ». Car, je le crois fondamentalement, la crise économique et la crise de Société se nourrissent mutuellement. Alors quand on est, comme je le suis, dans le camp du progrès, cet idéal ne concerne pas que la redistribution matérielle, même si cela compte bien entendu. Le progrès c’est aussi celui de l’accès à l’éducation et à la culture, c’est aussi celui de la démocratie, de l’égalité des droits. Le président de la République et son gouvernement ont fixé le cap : le redressement financier et productif, la compétitivité, la justice sociale et des réformes. J’approuve le cap ainsi fixé et je souhaite  que la réussite soit au bout de l’itinéraire.

 

Pour notre commune, l’année 2012 a été marquée par :

 

  • Le démarrage concret de la ZAC Plessis Botanique avec la sortie de terre de la faculté de médecine. La Riche sera bientôt une ville universitaire : la proximité de l'hôpital, l'IRSA et maintenant l'université...ces atouts nous permettent d'imaginer un véritable « campus santé »...qui favorisera l'attractivité de notre ville.

 

  • Des travaux dans les écoles : avec la rénovation du bâtiment de l'école Paul Bert situé au dessus du préau après celui de Ferdinand Buisson en 2011.

 

  • Une mesure écologique importante et s'inscrivant dans le cadre de notre agenda 21 : l'expérimentation du « zéro produit phytosanitaire » pour l'entretien de nos espaces verts

 

  • La réaffirmation d'une politique culturelle dynamique, l'ouverture de saison en septembre a marqué les esprits et je suis certain que la programmation 2013-2014 nous réservera de belles surprises.

 

En 2013, votre municipalité a également fixé sa feuille de route :

 

 

  • Le démarrage de la maison de l'enfance, dont les travaux commenceront après l’été.

 

  • La modernisation d'une entrée de ville :l’achèvement de  l'avenue du Prieuré, voirie reconnue d'intérêt communautaire par Tour(s) Plus

 

  • La poursuite des travaux d'enfouissement de réseau et rénovation de voirie (Plessis et Port Cordon commencés en 2012)

 

  • La création d'une voie nouvelle dans le prolongement de la rue Condorcet.

 

  • Bien sûr nous poursuivrons aussi notre soutien à la vie associative et aux actions en faveur du lien social.

 

Comme maire, avec les élus de la majorité municipale, je veillerai à ce que les projets votés se concrétisent.

 

Comme conseiller général, je veux aussi saluer les élus  des communes du canton que je remercie de leur présence. Je souhaite à leurs équipes et à leurs communes mes vœux de succès dans leurs projets. Je leur réaffirme ici mon soutien pour les y aider dans  la mesure où ces projets peuvent concerner le département et dans la mesure aussi des possibilités du Conseil général. Comme vous le savez de lourdes contraintes financières pèsent sur les départements et leurs capacités d’intervention sont restreintes. C’est pourquoi l’intercommunalité est appelée à se développer. Le gouvernement prépare un acte III de la décentralisation. Je souhaite qu’il soit l’occasion de renforcer le fait intercommunal, car on le voit bien avec Tour(s) plus : l’union fait la force.

Pour terminer, comment ne pas évoquer une question qui sera posée en 2013, puisque avant la fin de l’année démarrera  la campagne des prochaines élections municipales ?

 

Je vous le disais en préliminaire, cela fait longtemps que j’ai l’honneur de vous présenter les vœux de la municipalité pour le Nouvel An. Trente fois déjà. Avant,  je l’espère en tout cas, de renouveler cet exercice en janvier 2014 : je devrais donc me poser la question. La fonction de maire est un grand honneur et depuis trente ans je l’exerce avec le même enthousiasme, la même volonté de servir l’intérêt général. D’ailleurs-l’avez-vous remarqué ?- le mot de MAIRE s’écrit avec cinq lettres. Les mêmes lettres   que celles  du verbe AIMER.

J’aime cette fonction. J’aime La Riche. Je vous aime. J’ai la chance d’avoir une excellente santé, une compagne qui me soutient et mes idées  pour l’avenir de  La Riche ne manquent pas. Un jour viendra le temps de la transmission mais aujourd'hui je prends déjà un engagement : je ne vous abandonnerai pas.

Pour ce qui concerne les élections de 2014, j’y réfléchis et prendrai ma décision quand elle aura mûrie et vous l’annoncerai. Je déciderai le moment venu en tenant compte des circonstances, en conscience, et aussi dans le dialogue avec mes amis.

 A ces derniers, permettez-moi pour conclure, de leur adresser mes sentiments de reconnaissance. Une municipalité c’est une équipe. Nous n’avons pas tous le même parcours, ni les mêmes engagements politiques mais nous partageons tous ensemble les mêmes valeurs : celles du progrès pour le cap, celles de la confiance, du respect et du dialogue pour la marche. C’est la raison pour laquelle nous sommes solidaires des résultats.

La Riche est devenue une ville attractive, dont la gestion est dynamique et sérieuse. C’est une ville dynamique. C’est une ville audacieuse. C’est aussi une ville solidaire. Je suis fier de tout cela. Mais ce mérite ne revient pas à moi seul. Il revient aussi aux élus qui m’entourent, aux agents de la commune dont je salue la compétence et le dévouement

Et il revient aussi à vous, mes chers concitoyens,  car c’est votre confiance fidèle qui nous donne la force d’agir.

 

Je terminerai mon propos en empruntant une phrase d’Albert Camus, Prix Nobel de littérature, né le 7 novembre 1913 et qui aurait donc eu cent ans cette année. Cette phrase nous invite à une résolution pour 2013, à la fois collective et personnelle que je vous encourage à partager :

« Il n’y a pas d’ordre sans  justice et l’ordre idéal des peuples réside dans le bonheur »

 

 

Les commentaires sont fermés.