Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2014

Mon dernier message de maire

Ce matin, j'ai ouvert le conseil d'installation de la nouvelle municipalité avec Wilfried Schwartz à sa tête. J'ai prononcé ce bref discours avant de céder la présidence à notre doyen, Daniel Langé, pour engager la procédure officielle d'élection du maire.


Mes chers collègues,

C'est avec émotion que j'ouvre cette séance d'installation et avant de demander à notre doyen de la présider pour procéder à l'élection de mon successeur, je m'autorise à vous dire quelques mots. Il y a 31 ans, j'accédais à la fonction de maire. Celui qui va me succéder n'était pas encore né! J'ai exercé ma fonction avec passion et je suis fier du bilan que nous avons accompli en transformant La Riche en une commune accueillante, bien équipée, avec des services efficaces. Je veux remercier tous ceux qui m'ont accompagné pour faire de La Riche ce qu'elle est devenue, les élus et aussi les agents. Ce fut un privilège d'accomplir ce que nous avons fait en vivant concrètement les valeurs pour lesquelles je m'étais engagé quand je n'avais encore que 23 ans et qui, quarante ans plus tard, me guident toujours, même si les changements du monde nécessitent qu' elles s'adaptent aux réalités. "Aller à l'idéal et comprendre le réel" recommandait Jean Jaurès.

Le monde change et je suis convaincu que nous entrons dans une nouvelle ère. Je suis convaincu de l'urgence à redonner confiance dans la parole politique. C'est même la principale leçon que je tire des résultats nationaux de ce scrutin municipal. Et pour restaurer cette confiance, il m'a semblé que l'on ne peut pas s'en tenir à proclamer des principes. Il faut aussi soi-même les appliquer. Nul n'est propriétaire de son mandat. J'ai choisi de m'arrêter, sans prétendre à l'exemplarité, mais parce que grâce à la confiance acquise de nos concitoyens, j'avais le sentiment d'être en situation de pouvoir le faire sans mettre en péril la majorité municipale. C'est un privilège de pouvoir faire ce choix et je souhaite à chacun de pouvoir le faire au moment qui lui correspond.

Je continuerai avec la même passion à servir, à la place qui sera désormais la mienne, notre ville et la République. Je souhaite bonne chance à Wilfried Schwartz et à vous tous pour la réussite de cette mandature qui commence.

Permettez moi de conclure en citant une nouvelle fois Jean Jaurès, dont nous célébrerons dans trois mois le centenaire de l'assassinat. Sa phrase résume le sentiment qui m'anime en cet instant précis:"Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remord pour le présent et une confiance inébranlable pour l'avenir".

Les commentaires sont fermés.